******aa*******
Cynips du châtaignier - Lutte biologique

Sommaire :
Contexte
Organisation de la lutte
Démarche et participation
Campagne 2017 en Aquitaine
Plaquette "Cynips & Apiculture"
Suivi de végétation 2017




*** Contexte ***

Le cynips du châtaignier est un ravageur invasif arrivé en France en 2007. Cet hyménoptère pond ses œufs dans les bourgeons de châtaigniers et cause de gros dégâts sur l'arbre (rameaux atrophiés, avortements d'inflorescences et fruits). On estime que sa présence peut induire une baisse de 60 à 80% de la production de châtaignes. Sa propagation sur le territoire français est exponentielle. C’est en 2011 que le cynips a atteint l’Aquitaine, aujourd’hui la majorité du territoire est touché.
En limitant la formation des inflorescences, le cynips impacte directement la miellée de châtaignier. Le cynips peut affecter les colonies en les privant d’une source abondante de pollen, induire des baisses de production de miel mais aussi impacter le travail des apiculteurs en obligeant à des changements d’itinéraires de transhumance.

A ce jour, le seul moyen de lutte consiste au lâcher, sur les boisements infestés, d’un auxiliaire (Torymus sinensis) qui parasite le cynips.
                                                              

Témoignage, famille Cassoudesalle, apiculteurs :


« Le châtaignier de notre département est attaqué depuis 3 ans par un insecte venu d’Asie, le cynips du châtaignier. L’infestation est aujourd’hui telle qu’à l’automne dernier la floraison et fructification du châtaignier étaient quasi nulles par endroit. Au-delà de la place historique de cette essence en Pyrénées-Atlantiques (piquets de vigne, bois d’œuvre, alimentation du bétail, etc.), elle possède un rôle important dans l’économie actuelle de par son intérêt pour l’apiculture (fort potentiel mellifère et pollinifère). Dans le désert de plantes mellifères que devient notre pays, le châtaignier est un pilier qui constitue une part importante de la production locale de miel et de pollen de haute qualité. L’apiculture, une des premières victimes du ravageur, doit prendre le problème à son compte et organiser la lutte au bénéfice de l’ensemble des populations basques et béarnaises. Le châtaignier est en danger de mort, il fait partie de notre économie, de notre culture et de notre patrimoine : sauvons le ! ».


*** Organisation de la lutte ***


Pour la troisième année consécutive, l'ADAAQ représente la filière apicole régionale au sein du Comité Grand Sud-Ouest de Lutte contre le cynips du châtaignier (Union de la châtaigne, INRA, FREDONs, DRAAF, autres ADA, etc.). Ainsi, nous avons pour mission de recenser les apiculteurs aquitains souhaitant participer à la lutte biologique contre ce ravageur autour de leurs ruchers en 2017.

Depuis 2014, un plan d’introduction massif du Torymus sinensis (insecte auxiliaire), coordonné par l'Union Interprofessionnelle de la Châtaigne, a été mis en place pour lutter contre le cynips. Par ce dispositif, plus de 800 lâchers de Torymus ont été effectués cette année, en Aquitaine, Limousin et Midi-Pyrénées. Dans notre région c'est le centre d'expérimentation Invenio qui assure l'élevage des Torymus sinensis.


En 2015, en partenariat avec les acteurs locaux (SSPA, Syndicat abeille gaves et nive, CRPF, FDGDON), nous avons accompagné 14 apiculteurs et 4 producteurs de châtaignes du Béarn, pour la mise en place d’une campagne de lutte autour de leurs ruchers ou vergers. Le groupe de volontaires a ainsi bénéficié d’une formation, d’un appui technique, logistique et financier. Ainsi, 50 lâchers de Torymus sinensis ont été réalisés sur une vingtaine de communes béarnaises. Ce dispositif a été reconduit en 2016 et a pris de l’ampleur avec 35 apiculteurs impliqués soit 58 lâchers répartis sur 38 communes du Pays basque, du Béarn et de Gironde. Sur ces deux années, la lutte a été rendu possible garce au soutien financier de plusieurs collectivités locales.


Aujourd'hui l'ensemble des boisements aquitains sont impactés par ce ravageurs et des apiculteurs du territoire ont reformulé le souhait de participer à la lutte contre le cynips. L'ADAAQ a donc décidé de renouveler l'opération ce printemps 2017.

                                                      



Démarche à suivre et rôle de chacun :



Apiculteur participant

ADAAQ

- Evaluer ses besoins en nombre de lâchers,

- Faire une précommande de Torymus (décembre),

- Suivre une formation d’une journée sur le ravageur, les suivis de végétation et la lutte,

- Participer au suivi des châtaigniers sur les territoires de lâchers (mars-avril),

- Se rendre disponible le jour du lâcher (avril-mai),

- Régler la facture de Torymus sinensis.

- Représenter la filière régionale au sein du Comité de pilotage de la lutte,

- Recenser les besoins des apiculteurs en nombres de lâchers et veiller à leur bonne répartition,

- Informer les apiculteurs sur le ravageur et organiser leur formation pour la lutte,

- Coordonner la lutte et les suivis de végétation et faire le lien avec le centre d’élevage de Torymus,

- Rechercher des financements pour alléger les coûts à la charge des producteurs,

- Apporter un appui technique et logistique,

- Si nécessaire organiser des études de présence de Torymus sur site.


Attention, la participation à la lutte nécessite un investissement financier mais aussi humain!



*** Campagne 2017 ***


L'ADAAQ accompagne donc un groupe de 28 apiculteurs pour la mise en place de cette lutte collective et  biologique sur leurs emplacements de châtaigniers. Le suivi de végétation coordonné, assuré par les apiculteurs et permettant de déterminer finement la date des lâchers commencera fin mars. La date des lâchers, déterminée précisément par ces suivis, aura lieu entre mi avril et mi mai.

 

Pour toutes informations complémentaires nous vous invitons à consulter notre plaquette "Cynips & Apiculture"